SYSTRA contribue à la création de lignes de BHNS de nouvelle génération pour Lyon et Bordeaux

Première ligne de bus à haut niveau de service à Lyon: un projet majeur pour la Métropole de Lyon

En 2026, la première ligne de Bus à Haut Niveau de Service (BHNS) nouvelle génération reliera Lyon Part-Dieu aux Sept Chemins à Bron et Vaulx-en-Velin. Ce projet fait partie du plan de mandat « Destinations 2026 » du SYTRAL qui engage des investissements majeurs en faveur du développement des transports en commun.

PROJET LCE. La part Dieu (Copyright: SYTRAL)

La création de cette ligne répondra aux besoins de mobilité identifiés entre le centre et l’est de la métropole. Elle permettra également la requalification de façade à façade, renouvelant et embellissant les espaces publics alentours.

Enfin, elle contribuera à diminuer considérablement la place de la voiture au profit des mobilités douces (piétons et cycles), apaisant et sécurisant les circulations dans les secteurs traversés.

Ce projet proposera une alternative efficace à la voiture individuelle.

Sur une distance de 7 kilomètres, la ligne aura entre 15 et 16 stations. L’objectif est de transporter 22000 voyageurs par jour d’ici 2030.

La solution de matériel roulant retenue s’appuie sur les trolleybus de nouvelle génération IMC (In Motion Charging) ayant une autonomie sur batterie.

Le SYTRAL a confié au Groupement INGEROP, SYSTRA, FOLIA, GARDRAT, la maîtrise d’œuvre générale de cette opération.

SYSTRA intervient sur l’ensemble des missions confiées au groupement spécifiquement sur le volet Energie Traction. Les enjeux principaux concernent le juste dimensionnement d’infrastructures électriques, la Ligne Aérienne de Contact et Sous-station Energie, adaptées aux besoins des bus IMC. 

Ce dimensionnement est réalisé au travers de simulations, dans le respect des objectifs de performances, du maillage avec le réseau électrique existant, et d’une insertion urbaine maîtrisée.

Création d’une ligne de Bus à Haut Niveau de Service « Zéro émission » à Bordeaux

Le projet de liaison d’un Transport en Commun à Haut de Niveau de Service doit permettre de relier les quartiers Thouars à Talence et Malartic à Gradignan, à la gare de la Médoquine et de Bègles, mais aussi aux campus (Pessac Talence Gradignan et Carreire) et au CHU Pellegrin. La commune de Pessac est également impactée, le futur BHNS venant modifier la desserte actuellement assurée par la Lianes 8+, à proximité de Pessac.

Matériel roulant Bordeaux Métropole

Bordeaux Métropole a confié au Groupement INGEROP, SYSTRA, URBANICA, HARISTOY, TRANSITEC la maîtrise d’œuvre conception et la direction de l’exécution des travaux pour la création d’une ligne de Bus à Haut Niveau de Service (BHNS) zéro émission.

La mise en service du projet est envisagée à l’horizon mi 2027. Il améliorera la desserte des deux quartiers Thouars à Talence et du quartier Barthez-Malartic à Gradignan, faisant chacun l’objet d’une opération de rénovation urbaine dans le cadre de la Politique de la ville.

La création d’un Transport en commun à haut niveau de service (TCHNS) poursuit également les objectifs suivants :

Après les interventions spécialisées sur les BHNS de Thionville et BHNS G de Strasbourg, SYSTRA s’inscrit avec ces deux projets de BHNS nouvelle génération de Bordeaux Gradignan et Lyon Sept Chemins comme un acteur incontournable de ce mode de transport zéro émission. Au travers de ces deux opérations pour deux grandes métropoles françaises, SYSTRA apporte au groupement de MOE toute son expertise technique, sa compétence dans la gestion de grands projets urbains ainsi que sa proximité géographique via nos implantations régionales.

Franck Langrand, Directeur Commercial de la Direction des Projets Urbains
L’asset management vu par SYSTRA à travers un cahier réalisé avec Usbek & Rica*

Dans notre secteur, l’asset management ou gestion des actifs vise à maintenir la performance opérationnelle d’une infrastructure de transport tout au long de son cycle de vie, en investissant dès le début de manière responsable pour améliorer l’équilibre coût-performance-risque. Fondé sur la capacité d’anticipation, l’asset management permet notamment d’éviter des coûts supplémentaires lors de la maintenance et l’exploitation de l’infrastructure.

Dans un nouveau cahier illustré de 30 pages, SYSTRA explore toutes les facettes de l’asset management, financière, opérationnelle, technologique et organisationnelle, au-delà de sa dimension comptable.

Pour faire le tour du sujet, nous avons :

Pour une gestion plus durable des actifs, il faut d’abord les connaître, puis les comprendre, et enfin les confronter à une multitude de scénarios pour prendre des décisions éclairées et au moment opportun. Cela passe par une connaissance approfondie des actifs que l’on veut pérenniser, et par une bonne compréhension des causes possibles de dégradation. L’asset management est donc bien plus qu’une méthode : c’est un dialogue

Ghita Khettab, Responsable Asset Management, SYSTRA France

Après ‘Les Futurs du métro’, et le ‘MaaS’, nous poursuivons notre collaboration avec Usbek & Rica pour décrypter le sujet complexe de l’asset. Avec ce nouveau cahier, nous souhaitons illustrer la richesse de ses enjeux et ses opportunités, tant auprès de nos clients et partenaires qu’auprès de nos collaborateurs, avec en ligne d’horizon la durabilité et soutenabilité des infrastructures de transport.

Maud Bernard, Responsable de Développement Stratégie du groupe SYSTRA

*Média de prospective

La ligne 12 du métro de Paris rejoint Aubervilliers

Après l’arrivée de la ligne 4 à Bagneux en février dernier, le métro parisien poursuit son extension pour mieux se connecter au Grand Paris : la ligne 12 relie désormais la Mairie d’Issy à la Mairie d’Aubervilliers et dessert deux nouvelles stations, Aimé Césaire et Mairie d’Aubervilliers – Plaine des Vertus, inaugurées le 31 mai.

Ces accès permettent à plus de 330 000 riverains de rejoindre Saint-Lazare en 20 minutes, avec une fréquence d’un métro toutes les 130 secondes en heure de pointe. La RATP prévoit d’accueillir plus de 40 000 voyageurs supplémentaires par jour.  À terme, le nouveau terminus sera en correspondance avec la ligne 15 du Grand Paris Express.

C’est une histoire de 15 ans qui s’achève pour les équipes de SYSTRA. Elle avait débuté en 2007, pour le premier prolongement de la ligne 12 vers la station Front Populaire, inaugurée en décembre 2012. La ligne, véritable colonne vertébrale du nord au sud de Paris, totalise désormais plus de 15 km et 31 stations.

Les expertises de SYSTRA au cœur du projet

En tant que maître d’œuvre du projet de prolongement de la ligne 12, SYSTRA a mobilisé ses expertises en matière de transport urbain et d’ouvrages souterrains. Nos équipes ont d’abord réalisé l’ensemble des études de conception avant de superviser la réalisation des deux nouvelles stations ainsi que de l’ensemble de l’emprise chantier.

Le prolongement de la ligne 12 est un projet complexe par ses défis techniques liés à sa réalisation. Il nous a incités à innover et repenser nos méthodes de travail, dans un tissu urbain extrêmement dense et en essayant de limiter au maximum les nuisances pour les riverains. À la clé, un prolongement structurant au cœur du Grand Paris, deux stations, dont la plus vaste du métro de la capitale, et l’utilisation de techniques inédites.

Guillaume Chapponnais, directeur SYSTRA du projet de ligne 12

Un bouclier de glace pour contenir les eaux souterraines

Le projet a notamment été l’occasion de réaliser une première mondiale : la congélation des sols à l’azote liquide. En effet, la nature des sols, sablonneux et humides du fait d’une nappe phréatique en faible profondeur affleurant à 4 mètres, nous a conduits à utiliser cette technique. Celle-ci, qui reprend le principe inventé par Fulgence Bienvenüe en 1909 pour permettre à la ligne 4 de traverser la Seine, renforce la tenue mécanique et l’imperméabilité des terrains humides pendant les travaux.

Les tympans des stations, qui font la jonction entre le tunnel et les quais et constituent les points sensibles d’infiltration, ont donc été congelés par -35°C puis par -196°C en cycle fermé, afin d’obtenir un bouclier de terre gelée sur 1,80 m d’épaisseur.

D’autres prouesses ont été accomplies telles que la réalisation des deux stations après démolition du tunnel précédemment réalisé.

Plaine des Vertus, l’une des plus grandes stations de métro en France

Le nouveau terminus de la Mairie d’Aubervilliers est une des plus grandes stations de métro en France. En plus de ses quais, elle abrite le nouvel atelier de maintenance de la ligne et deux puits d’évacuation annexes, portant à 280 mètres la longueur totale de la station. Par comparaison, les stations de la ligne 14, parmi les plus grandes de France, possèdent des quais de 120 mètres…

Cette station a nécessité la réalisation de plus de 25 000 m² de parois moulées, d’une dalle, puis le creusement de son volume intérieur grâce à une méthode appelée « terrassement en taupe », pour un volume de 125 000 m3 excavé. Le choix de cette méthode a notamment permis de garantir les circulations piétonnes et routières en surface, mais aussi de maintenir les sols en minimisant l’impact sur le bâti existant, tout en assurant l’étanchéité de la station avec une profondeur d’ancrage jusqu’à 40 mètres, sous la nappe phréatique.

Enfin, ce nouveau terminus est faiblement énergivore puisqu’il repose sur un captage par géothermie intégré aux panneaux des parois moulées.

Des impacts chantier minimisés

Pour réduire le plus possible l’impact du chantier, nos équipes ont livré les matériaux et évacué les déblais issus des terrassements par voie fluviale, via le canal Saint-Denis, réduisant d’autant les mouvements de camions sur les routes. Le réseau routier était lui préservé par la construction d’un autopont provisoire, pendant le creusement de la station Aimé Césaire.

Nous avons effectué des travaux en plein centre-ville d’Aubervilliers. C’était un défi, surtout les jours de marché, mais c’était aussi un moteur pour transformer nos méthodes. L’acheminement par voie fluviale a par exemple permis d’éviter 50 000 rotations de poids lourds sur les routes. Je remercie toutes nos équipes mobilisées sur ce projet, y compris pour communiquer avec les riverains, dont la patience est aujourd’hui récompensée. 

Franck Coulaud, directeur SYSTRA du projet de 2016 à 2019.

En l’espace de seize mois, c’est le troisième prolongement majeur de métro inauguré par SYSTRA en Île-de-France, après celui de la ligne 4 à Bagneux et celui de la ligne 14 à Saint-Ouen. Les prochaines extensions du réseau existant sont attendues sur la ligne 14 au sud et la ligne 11 à l’est de Paris.


Repères – Prolongement de la ligne 12 du métro de Paris

SYSTRA mobilise ses experts au salon European Mobility Expo à travers un riche programme de conférences!

Retrouvez-nous au Salon European Mobility Expo stand 036, Hall 4 à Paris Expo Porte de Versailles. Les principaux acteurs du transport public et de la mobilité durable se retrouvent autour de ce salon réunissant près de 250 exposants et près de 11 000 participants de la filière.

Durant ces 3 jours, SYSTRA propose un cycle de conférences en accès libre sur notre stand. Consultez le programme détaillé ci-dessous et venez rencontrer nos experts.

Nous aborderons les grandes thématiques d’actualité :

Inscrivez-vous gratuitement ici pour obtenir votre badge d’entrée au salon : https://lnkd.in/gKgJwQP

Nous espérons vous retrouver nombreux à ce rendez-vous incontournable !

SYSTRA France accompagne la création d’un échangeur routier majeur en Guyane

Le carrefour giratoire des Maringouins s’apprête à faire peau neuve à Cayenne. Principal point d’entrée de la ville, il sera bientôt doté d’un échangeur visant à absorber le trafic routier, qui avoisine 50 000 véhicules/jour. Il s’agit d’endiguer les embouteillages en heures de pointe en direction du centre-ville de Cayenne, mais aussi de conserver les accès secondaires menant aux autres communes de l’agglomération ainsi qu’aux différentes zones d’activités, notamment le port de Dégrad Des Cannes.

Avec l’essor démographique et les prévisions d’augmentation du trafic routier, les autorités ont décidé de construire ce nouvel échangeur dénivelé, pour enjamber le giratoire actuel et mieux distribuer le trafic. Cette solution permet de conserver le carrefour giratoire existant et limiter ainsi l’impact des travaux dans les déplacements du quotidien des riverains.

Coralie Fargues, Directrice d’opération déléguée, Direction de la Maîtrise d’Ouvrage

Nous avons remporté une mission complète de Conduite d’Opération (COP) pour une durée de 48 mois, assortie d’une assistance à maîtrise d’ouvrage (AMO) pour le déploiement du BIM sur le projet, d’un contrôle extérieur des études mais aussi du pilotage et du suivi des procédures réglementaires. Cette mission démontre la capacité de SYSTRA à associer à la maîtrise d’ouvrage l’ensemble de ses compétences techniques afin d’apporter une réponse globale au client.

Damien Orsini, Responsable COP Nouvelle-Aquitaine Guyane, Direction de la Maîtrise d’ouvrage
Le rond-point des Maringouins

Les mobilités douces intégrées au projet

Le tracé retenu pour l’échangeur dénivelé assurera une liaison directe entre Matoury et Cayenne. Le dimensionnement de l’échangeur permet d’absorber les flux jusqu’en 2045, dans l’hypothèse où la croissance du trafic continue à son rythme actuel.

Cet aménagement sera mis en service dans quelques années. Il prendra également en compte la création du futur réseau de transports en commun en site propre – un projet auquel nous avons contribué en AMO en élaborant le Plan de déplacements urbains en 2017 pour la Communauté d’agglomération du Centre Littoral.

Récemment arrivé chez SYSTRTA France, je constate le dynamisme commercial de l’équipe autant que la capacité de diversification de nos expertises. Cette nouvelle mission, qui succède à une autre Conduite d’opération que nous venons d’achever pour le Grand port maritime de Guyane, s’inscrit pleinement dans cet objectif. Je tiens à féliciter nos équipes et leur souhaite le meilleur pour cette mission. 

Jean-Philippe Le Comte, Directeur de la Direction de la Maîtrise d’Ouvrage
L’expertise de SYSTRA au cœur de Téléo, le nouveau téléphérique urbain de Toulouse

Après des années d’études, de conception et de réalisation, le téléphérique accueillera ses premiers passagers dès le 14 mai. Une réussite d’ingénierie rendue possible grâce aux acteurs du groupement auquel SYSTRA a su apporter son expertise.

Téléo relie l’Oncopole à l’Université Paul Sabatier (30 000 étudiants) en passant par l’hôpital de Rangueil (CHU de Toulouse avec 210 000 consultations médicales par an) en 10 minutes seulement au lieu de 30 minutes par la route. Ces trois sites majeurs sont ainsi connectés au réseau de transport existant (métro et bus) ainsi qu’aux principales structures installées à proximité : l’Institut Universitaire du Cancer de Toulouse, l’Hôpital Marchant, les Laboratoires Pierre Fabre et Sanofi, ou encore la faculté de médecine.

 Le téléphérique est un marché croissant et SYSTRA livre avec Téléo son premier projet de téléphérique urbain en France. Les collectivités françaises ont la chance d’avoir accès à des technologies de pointe et d’être en mesure d’offrir à leurs habitants des solutions de transports toujours moins carbonées. Notre Groupe fait du téléphérique un mode capacitaire à part entière et l’intègre à sa palette de transports. Les études amont que nous menons sont là pour s’assurer de sa faisabilité technique et garantir la pérennité du projet à long terme.

Didier Traube, président de SYSTRA France

Une technologie performante au service d’un mode de transport durable

Avec Téléo, les usagers de l’agglomération de Toulouse ont accès à une offre de transport rapide, durable et fiable. La particularité du Téléo est d’être un téléphérique débrayable 3S, c’est-à-dire avec double câble porteur et un câble tracteur (3S pour « 3 Seile » en allemand, 3 câbles). Technologie assez rare, utilisée seulement sur une dizaine de lignes dans le monde et considérée comme le nec plus ultra des remontées mécaniques, qui combine la technique des remontées mécaniques débrayables avec celle des téléphériques monocâbles.

Avec seulement 5 pylônes installés sur ses 3 kilomètres de parcours, Téléo est une prouesse technique. Les pylônes de Téléo, conçus par SYSTRA France, sont des ouvrages uniques en France : construits en caissons métalliques, ils atteignent jusque 70,5m de hauteur et sont dotés d’amortisseurs dynamiques accordés, un système réduisant les mouvements des pylônes sous l’effet du vent. Leur esthétique, en forme de sceptre à quatre branches, a été travaillée en soufflerie et diffère des ouvrages treillis classiques du genre. Assurant un confort maximal pour les passagers, Téléo pourra ainsi fonctionner avec des vents jusqu’à 109 km/h, contre 70 km/h pour un équivalent monocâble.

Un projet adapté à son environnement

Les nombreux enjeux environnementaux de ce projet ont également été pris en compte par les équipes de SYSTRA France, notamment le survol de la plaine inondable de la Garonne, d’une zone Natura 2000, d’une Réserve Naturelle Régionale, d’un site de protection de Biotope et d’un périmètre de protection de monument historique. Téléo présente donc un faible impact environnemental, avec une emprise au sol extrêmement réduite.

La sécurité au cœur du projet

SYSTRA France a pris part à tous les essais techniques en apportant notamment son expertise sur les charpentes métalliques, les gares, les pylônes, les ouvrages enterrés et les procédures administratives et de sécurité réglementaires. La campagne d’essais débutée en juillet 2021 à Toulouse, entre l’université Paul Sabatier et le lycée Bellevue a permis de sécuriser le système avant l’installation des cabines.

 La sécurité est au centre des préoccupations du groupement et SYSTRA a vérifié et validé le bon fonctionnement de chaque équipement au sol, le long des câbles et dans les cabines.

Charles-Alexandre Cayatte, chef du projet Téléo pour SYSTRA
Consultez notre dossier de presse spécial « Inauguration de Téléo » Télécharger

SYSTRA souffle les 10 ans de l’expertise annuelle du Petit Train d’Artouste
Petit Train d’Artouste

Le Petit Train d’Artouste arpente la vallée d’Ossau depuis 1920. Ses 10 km de voie unique étroite épousent le flanc du Soussouéou et traversent le Tunnel de l’Ours à plus de 2 000 mètres d’altitude. L’exploitation de ce chemin de fer touristique privé, propriété de la Société Hydro-Electrique du Midi (SHEM), a été confiée à Altiservice, qui a sélectionné SYSTRA pour réaliser l’expertise annuelle des infrastructures et la régénération du matériel roulant. Depuis maintenant 10 ans, SYSTRA dépêche des experts pour assurer les visites techniques.

Un cadre exceptionnel à la sécurité cruciale

Les infrastructures du train d’Artouste se distinguent par la configuration de la ligne, en zone montagneuse, avec surplomb de zones de ravis, qui rend la sécurité cruciale. Chaque tournée de Christian Leguet, expert maintenance voie, a pour objet de :

Arrière-gare du petit Train d’Artouste
En circulation à bord du train

À chaque visite, nous parcourons l’intégralité de la ligne et consignons l’état des infrastructures, photographies à l’appui pour proposer les mesures de correction adaptées. Nous remettons aussi nos recommandations sur la politique de maintenance de la ligne à moyen terme, et assurons la formation des équipes locales à la demande. Nous travaillons avec la SHEM et ses partenaires depuis une décennie, pour qui nous sommes sous contrat jusqu’en 2025.

Paulo Nunes, responsable pôle ingénierie de maintenance

L’expertise d’infrastructures comme de matériel roulant est un métier d’avenir pour SYSTRA : optimiser la durée de vie des actifs de nos clients fait partie de notre mission, tout comme le fait de garantir une sécurité opérationnelle maximale. Nous disposons de toutes les expertises nécessaires pour y parvenir et chaque année, nous augmentons le nombre de nos affaires. Pour SYSTRA, c’est donc bien un marché en croissance.

Laurent Mezzini, directeur de la Business Unit Systèmes
Vue panoramique de la voie métrique à flanc de montagne

Quand SYSTRA préserve des trains touristiques partout en France et dans le monde

En France, nous avons contribué à l’expertise technique de la ligne Pontarlier – Vallorbe, mais aussi à l’installation de la commande centralisée de voie unique pour les Chemins de fer de Corse, à la maîtrise d’œuvre travaux du Train des Merveilles entre Nice et Tende, au suivi de réhabilitation de la plateforme du train touristique de Pithiviers ou encore à la réhabilitation du chemin de fer touristique du pays de la Canne en Guadeloupe.

Ailleurs dans le monde, nous avons aussi contribué à la rénovation des voitures 2 niveaux du train de luxe Rocky Mountaineer au Canada et à l’expertise technique de la ligne touristique Los Teques – El Encanto au Venezuela.

Une nouvelle gare au pied des Alpes

Au cœur de la vallée alpine se prépare un exploit : la réalisation du plus long tunnel ferroviaire de base au monde, à savoir un tunnel situé au pied du massif des Alpes. Raccorder la France à l’Italie de façon rapide et durable, c’est la mission du tunnel de base mais son arrivée nécessite, comme lors de la construction du Tunnel sous la Manche, l’aménagement de nouvelles infrastructures de part et d’autre de l’ouvrage.

Parmi les aménagements ferroviaires de St Jean de Maurienne, une nouvelle gare internationale

Située à quelques encablures de l’entrée du nouveau tunnel, le site ferroviaire de Saint-Jean-de-Maurienne connaît d’immenses transformations avec ce projet. L’ensemble de son faisceau de voies, long de 3,8 km, ainsi que les espaces publics de la gare, vont devoir s’adapter à l’arrivée de la ligne nouvelle, avec la circulation de trains internationaux à grande vitesse.

Pour ce faire, Saint-Jean-de-Maurienne va se doter d’une gare internationale. Elle accueillera notamment les flux touristiques et les orientera vers les lignes régionales et interurbaines.

Les défis de ce projet sont nombreux : l’exiguïté de la vallée et de l’accès à la ville, mais aussi l’insertion du projet au tissu local, avec un volet concertation primordial, pour que les élus et les riverains y adhèrent. La réduction des nuisances du chantier et l’insertion du projet dans le tissu urbain existant seront cruciales, de même que la continuité de circulation sur la ligne historique Culoz – Modane tout au long des travaux. L’exigence environnementale est l’autre caractéristique de cette future infrastructure qui devra allier sobriété, fonctionnalité et geste architectural, et auquel seront associées nos équipes spécialisées en écoconception.

Clément Duflos, directeur de projet adjoint

Ce contrat est en lien direct avec une autre mission de MOE menée par SYSTRA et débutée en 2018 pour SNCF Réseau : le réaménagement du faisceau ferroviaire reliant la gare de Saint-Jean-de-Maurienne à l’entrée du tunnel. Nous misons sur les relations nouées localement pour optimiser le déroulé de la conception, qui comporte une part importante de concertation, ainsi que la réussite des travaux et de la logistique associée. SYSTRA conforte ainsi sa position d’acteur majeur, partenaire de TELT et de SNCF-R pour la maîtrise globale des opérations et de leurs interfaces sur ce territoire.

Benjamin Serre, directeur de projet

Un engagement total de SYSTRA pour le projet TELT

Hormis la gare internationale et des travaux sur le faisceau ferroviaire de la Maurienne, SYSTRA est partie prenante de deux groupements de maîtrise d’œuvre génie civil pour TELT SAS, le maître d’ouvrage du futur tunnel. Nous travaillons ainsi sur les travaux des lots 2 (côté français) et 4 (côté italien), mais aussi à la supervision des travaux de la sortie italienne du tunnel sur la base travaux de La Maddalena.

Pour en savoir plus : https://www.telt-sas.com/fr/

Mobilité électrique: Percée de SYSTRA en France sur la planification des points de recharge

Le schéma est un dispositif qui permet d’organiser, planifier et coordonner le déploiement à l’échelle de chaque territoire de bornes publiques. Il statue les niveaux de puissance, le type de charge, la localisation et le modèle économique notamment en lien avec celui du stationnement. Ce déploiement doit répondre aux enjeux d’itinérance : concrètement, cela signifie qu’un usager peut recharger son véhicule partout sans être limité à un réseau de bornes.

Les experts SYSTRA France sont mobilisés pour planifier plusieurs milliers de points de recharges électriques pour le compte de différents maîtres d’ouvrage, qu’il s’agisse de syndicats d’énergie partout en France et de leurs adhérents ou d’autorités organisatrices de la mobilité.

Dans le cadre de la mission confiée à SYSTRA France par le SYANE, Syndicat des Energies et de l’Aménagement Numérique de la Haute-Savoie, la réalisation de schémas directeurs départementaux de développement des infrastructures de recharge ouvertes au public (SDIRVE) s’inscrit dans un groupement de commandes réunissant 12 syndicats d’énergie coordonné par le SYANE :

Ainsi, nous accompagnons avec notre partenaire, Element Energy, nos clients à la fois dans leur phase de concertation avec les acteurs du territoire, de diagnostic des installations existantes et de prospective. In fine, l’objectif est de fournir aux maitres d’ouvrage, un schéma de déploiement, spatialisé, aux équilibres financiers maitrisés et un outil qui permet le suivi opérationnel de mise en œuvre. Nous avons la capacité d’aller plus loin en définissant le meilleur montage contractuel garantissant une juste répartition des risques entre les acteurs, en accompagnant nos clients à l’achat des bornes et des prestations associées.

Nous avons contribué au programme de l’ADEME – Mobelcity propose des infrastructures intelligentes pour la recharge des véhicules électriques (IIRVEs) implantées en zones urbaines. Ces infrastructures, équipées de panneaux photovoltaïques et de systèmes de stockage, optimisent les flux d’énergie entre le réseau électrique public, les bâtiments environnants et les véhicules électriques.

Nous apportons également notre expertise aux opérateurs privés tels qu’Engie dans leur réflexion de réseau de bornes et de verdissement de leurs flottes.

Trois nouveaux contrats pour le “verdissement” des réseaux de bus de Caen La Mer, de Clermont-Ferrand et de Limoges

C’est le cas de la Communauté Urbaine de Caen La Mer, de Clermont-Ferrand, par l’intermédiaire de son Syndicat Mixte des Transports en Communs de l’Agglomération Clermontoise (SMTC), et de la Communauté urbaine de Limoges Métropole.

Caen-La-Mer privilégie l’alimentation biogaz pour une mobilité durable

La Communauté urbaine de Caen La Mer a choisi SYSTRA France pour une mission de Maîtrise d’Œuvre (MOE) générale pour la conversion d’un dépôt de bus au Gaz Naturel pour Véhicules (GNV).

Dans cette optique de verdissement de sa flotte de transport, la Communauté Urbaine de Caen a fait le choix de privilégier une alimentation biogaz pour son parc de véhicules de transport en commun, autour de deux jalons clés :

Le déploiement de transports collectifs routiers propres entraînera une réelle amélioration de l’environnement local, notamment en termes de qualité de l’air et de réduction des nuisances sonores.

Le dépôt de bus d’Hérouville Saint Clair, à côté de Caen, regroupe plusieurs types d’activités :

Le site d’Hérouville accueille 147 véhicules sur un terrain de plus de 6 hectares.

Atelier de bus d’Hérouville Saint-Clair

Limoges Métropole mise sur l’électrification de son matériel roulant pour moderniser son réseau

Pour accompagner le développement urbain, répondre aux besoins croissants de mobilité et améliorer le cadre de vie, la Communauté urbaine Limoges Métropole s’est engagée dans un grand projet de modernisation de son réseau de transport.

Les critères de choix du matériel roulant sont clés relever le défi de mettre en place les conditions d’une mobilité durable, accessible à tous : technologie, constructeur, longueur des véhicules, aménagement intérieur, confort et vitesse d’exploitation.

Les bus retenus devront circuler sur les lignes BHNS à compter de 2023. Les critères de sélection reposent à la fois sur :

Dans le cadre de ce déploiement, SYSTRA France en groupement avec RATP Real Estate accompagne l’Agglomération de Limoges pour sélectionner le type d’énergie électrique de son parc de matériel roulant BHNS, mais aussi dans l’acquisition et la mise en service du matériel roulant – ligne A. 

« Les enjeux de nos clients unissent les dimensions de développement durable, de performance économique et de performance d’exploitation et de maintenance : cette complexité est un défi que nos équipes relèvent avec enthousiasme !« 

Yohan Amsterdamer, Responsable Nouvelles solutions de la Direction Systèmes

Clermont-Ferrand opte pour un centre de maintenance et de remisage alimenté par des panneaux photovoltaïques

Le SMTC a confié au Groupement OTEIS / SYSTRA France / Heudé & Associés, une mission de maîtrise d’œuvre pour la réalisation d’un nouveau dépôt bus, basé à Cournon, près de Clermont-Ferrand.

Réalisation d’un nouveau site de maintenance et de remise à Clermont-Ferrand (crédit Lheude-Maitrias)

Le projet comprend la construction d’un centre de maintenance et de remisage pour les bus clermontois, incluant un bâtiment d’exploitation ainsi que la construction d’une centrale de production photovoltaïque couplée à son système de stockage. La métropole de Clermont-Ferrand prévoit la mise en service de bus zéro émission dont les besoins énergétiques seront couverts à 50% par cette nouvelle centrale de production photovoltaïque.

L’objectif affiché par le SMTC est de réduire l’empreinte environnementale à travers une consommation de l’énergie plus respectueuse de l’environnement.

Centrale Photovoltaïque en toiture (crédit Lheude-Maitrias)

Le site du futur dépôt de bus de la Pointe de Cournon est une surface agricole cultivée de 7,5 Ha.

Aussi ce projet s’inscrit au carrefour de nombreuses contraintes, comme celles d’une insertion paysagère intelligente et adaptable, et d’une inscription dans une démarche de développement durable.

« Ces nouveaux succès confirment la reconnaissance du savoir-faire de SYSTRA France sur les centres d’exploitation et de remisage bus en lien avec le développement de l’offre de transport BHNS à travers l’hexagone. »

Franck Langrand, Directeur Commercial de la Direction des Projets Urbains de SYSTRA France

Trois missions en phase avec les enjeux de la Loi de Transition Énergétique

Les équipes SYSTRA France fourniront une palette complète de services d’ingénierie, les missions couvrant les études d’esquisses, de conception, l’assistance à la passation des contrats de travaux, la supervision des travaux, l’intégration des systèmes, les vérifications de sécurité et de conformité, ainsi que les essais et la mise en service.

Ces missions illustrent les attendus de la Loi de Transition Énergétique pour la Croissance Verte (LTECV), rendant obligatoire la mutation des réseaux de transport collectif routier vers des flottes de véhicules propres pour les agglomérations de plus de 250 000 habitants, ainsi que pour les communes de toutes tailles soumises à un plan de protection de l’atmosphère.

« Cette législation a un double effet : d’une part, elle renforce les nouvelles filières de mobilité sur les territoires concernés, d’autre part, elle pousse les villes non directement soumises à la LTECV,à se poser sérieusement la question de la transition énergétique  sur leurs réseaux, pour ne pas perdre en attractivité. »

Marc Boudier, Responsable du stream Transition énergétique